En quittant le village dès 7h on longe une grande mare qui fait la joie de quelques canards et des grenouilles qui y coassent.
On suit alors un sentier assez large et confortable comme un terrain pour joueurs de boules.Il est bordé de petits arbres plantés sur une quarantaine de kilomètres pour abriter les pélerins des ardeurs du soleil en été.
La marche est monotone sur cette étendue déserte qui parait sans fin bien qu’entrecoupée de plusieurs petites vallées creusées par des cours d’eau.
Les autorités locales ont installé des aires de repos plus ou moins ombragées et comportant de grandes tables en béton encadrées de bancs du même matériau.
On s’y arrête pour souffler, se désaltérer et se déchausser pour reposer nos pieds échauffés.
Un groupe de brésiliens pratiquent de longs étirements pour relaxer leurs muscles.
Reprenant la marche,on arrive à Reliegos que l’on traverse par sa calle major.
Le paysage est devenu forestier après avoir franchi la vallée de la Santa Maria.
Peu après,on entre dans Mansilla de las Mulas,petite ville très animée,dont le refuge municipal est confortable et à proximité d’une grande place sur laquelle on trouve tous les commerces.J’en profite pour m’acheter une savonnette ayant oublié mon savon au Burgo Ranero.