On est partagé entre la joie de toucher au but et le regret de voir arriver la fin de notre aventure.
Nous ressentons celà depuis l’apparition des bornes décomptant les kilomètre tous les 500 mètres.
Nous décidons de les savourer comme si nous voulions nous imprégner du camino au plus profond de nos êtres.
Sortis de Arzua vers 9 heures nous passons le Rio As Barrosas puis le Raido.
La piste récente nous fait traverser les hameaux de Cortobe,Pereina, Calzada,calle puis franchi le Rio Languello et celui de Boavista,nous faisons une pause à Salceda avant de traverser la N547 et nous remémorons,à batons rompus, quelques anecdotes du chemin parcouru.
Plus loin,le chemin traverse un bois de pins et d’eucalyptus.
Kate se retrouve presque « at home » tandis que nous passons Bréa.Il fait toujours frais et la marche est très agréable.
Après avoir, à nouveau,traversé la N547 nous entrons dans Santa Irene.
Mon podomètre marque 18 kmslorsque nous passons le hameau de Rua.Des pélerins sont installés à la terrasse d’un bar de campagneet nous décidons d’y faire halte aussi pour un encas.
L’endroit est calme.Les voisins disposent de chambres d’hotes dont plusieurs sont occupées, mais deux restent libres.Nous les prenons,cela racourcira le chemin à faire pour demain etnous permettra d’arriver en fin de matinée à Santiago.
Ce soir nous pourrions même bénéficier de la piscine mise à notre disposition,mais il fait trop frais pour tenter le plongeon.
Nous nous consolons en faisant honneur à la charcuterie et aux fromages du pays arrosés d’un excellent Rioja tinto partagés joyeusement avec deux pélerins allemands.