Les allemands,pourtant derniers couchés,sont les premiers levés et refont leurs sacs bruyamment sans se soucier du sommeil des autres pélerins qu’il réveillent en fanfare.
Nous nous mettons en route dès 7h30.
Partis de devant le refuge,il nous suffit de suivre le trottoir et la piste qui s’ensuit sur 7kms pour entrer dans Ponferrada après avoir franchi le rio Boeza.
ponferrada.jpgParvenus à l’entrée de la ville ,nous laissons le refuge municipal sur notre droite pour marcher sur le centre ville qui nous mène droit sur le superbe et fier chateau où pouvaient se réfugier les pélerins du moyen age.
Au moment de notre passage s’opèrent de grands travaux de restauration des murs et du site.
Un peu plus avant,nous nous arrêtons dans un magasin de sport pour acheter de nouveaux patins de caoutchouc pour nos batons de marche,puis parvenus sur la belle place de la mairie nous nous installons dans la brasserie qui lui fait face pour prendre le petit déjeuner habituel que nous savourons sur la terrasse baignée par un doux soleil.
Bien reposés,nous nous descendons une rue pentue pour franchir le canal del Bajo Bierzo qui nous mène à Columbrianos,faubourg de la ville.
On passe alors sous la voie ferrée,pour croiser une route et poursuivre sur Fuentes Nuevas.
En suivant le cours du rio Naraya à travers des champs cultivés on arrive à Camponaraya,région de vignobles,légèrement à flanc de coteau qui descend dans la vallée du Magaz qu’il faut franchir pour parcourir un sous bois débouchant sur des vignes prospères menant à Cacabelos où l’on entre par une rue menant tout droit sur la belle église Santa Maria de la Plaza.
Il fait très chaud et nos pieds brulants crient grâce.
Nous entrons dans le bar el Molino pour y boire une bière bien fraiche.
et prendre un peu de repos.
Rafraichis,nous décidons de pousser jusqu’à Villafranca.
Ayant franchi le Rio Cua le village de Pieros nous apparait au bout du sentier.Nous y faisons halte sur une pelouse à l’abri des arbres avant d’entreprendre les 5 kms restants pour le but escompté.
Il est plus de 13 heures lorsque nous reprenons la marche sur un chemin encaissé,chauffé à blanc par un soleil implacable.
Bientôt,nos gourdes sont vides car nous n’avons pas trouvé de fontaine d’eau potable à Pieros.
Le chemin devient alors un véritable calvaire.Les très rares buissons qui bordent le chemin ne donnent aucune ombre et il faut poursuivre la gorge desséchée.Nous donnerions tout le contenu de nos sacs pour un verre d’eau.
Après une heure de marche quelle joie de voir enfin les toits de Villafranca.Nous avons triste mine lorsque nous sommes accueillis au refuge des plus pittoresque que l’on nous a recommandé.
L’hospitalero nous tend 2 grands verres d’eau fraiche qui nous paraissent paradisiaques.
Ayant vidé la moitié du mien, je lui demande » Come te llama ? Il me répond JESUS ! Celà nous fait sourire,mais nous apprendrons plus tard que Jesus Jato et sa famille se dévouent pour les pélerins depuis des années.
Outre le gite,il les nourrit le soir pour une somme dérisoire qui comprend aussi le petit déjeuner.
C’est aussi le seul gite du chemin à comporter un dortoir réservé aux seuls « Ronfleurs »(Roncadores solo)
Quel homme ce Jésus,quelle beauté inoubliable dans son regard !
Pour moi,ce fut l’étape la plus touchante du camino francès.
Le soir les 30kms que nous avons parcourus aujourd’hui se font sentir dans les jambes et nous dormons d’une traite jusqu’à 7h30 le lendemain.